Alain Duhamel : le cumulard corporatiste qui ne manque pas d’air


Il a traversé tous les gouvernements ! S’est dit de droite, socio-libéral, radical… du modem. Jamais il ne raccroche. Toujours là pour servir le peuple, l’informer et tacler des politiques qui lui sortent par le nez. Cumulard, Duhamel, l’omniprésent, a proposé ses services partout : Le Monde, Libé, L’Express, Les Nouvelles d’Alsace, France2, Canal, Sciences Po Paris…. N’en jetez plus ! Polyvalent et sur tous « les bons coups », il squatte les plateaux télé depuis quarante ans ! Tous les matins sur RTL, l’auditeur, qu’il soit dans la cuisine ou sous la douche, a le plaisir de savourer l’étendue de sa science. Péremptoire et jamais pris en défaut (il a réponse à tout), le journaliste fait la leçon, ne s’adressant jamais à des adultes mais… à des élèves. Quand il déplore, avec sa bouille de gosse effaré, que « la classe politique ne se renouvelle pas », qu’on voit toujours « les mêmes » et que c’est l’une des causes du désamour entre le citoyen et les élites…  là on se dit qu’on a affaire à un briscard.

« Lucide » pour pointer ce qui ne va pas chez les autres (jouer les réformateurs) mais étonnamment  aveugle quand il s’agit de passer sa profession au crible, au trombinoscope de la morale et des pratiques. C’est l’éternel dilemme des rentiers de la pige.  Montrer à « la France d’en bas » qu’on n’est pas déconnecté et dans la foulée, défendre son précarré. Quitte à plomber des jeunes aux dents longues.

Duhamel, dont le nom à lui seul est une institution, une fratrie, a fait sienne la célèbre phrase de Molière : « Mourir sur scène !». A savoir en journaliste, aussi doué en réseau qu’en longévité.

 

 

This entry was posted in Abécédaire de la bêtise.

One Response to Alain Duhamel : le cumulard corporatiste qui ne manque pas d’air

  1. Cédric Naneix says:

    Excellent article. Aussi, le microcosme journalistique français regorge-t-il de têtes à claques…

    D’ailleurs la plupart me semblent s’être particulièrement compromises par le biais d’un traitement de faveur évident au bénéfice quasi exclusif des partis politiques de gauche, le PS au premier chef, et c’est peu de le dire! Un exemple parmi tant d’autres: le trio Calvi/Barbier/Dély….Tout bonnement insupportable.
    J’ai même la prétention de croire que Calvi n’est pas pour rien dans le sauvetage d’un PS qui, sous la férule de Hollande, et surtout sans programme défini, semblait sur le point de mourir de lui-même il y encore peu de temps… « C dans l’air » lui consacre au moins deux émissions par semaine…

    Calvi… La très trompeuse « probité », de surface lorsqu’il s’agit de politique, et en fait très biaisée et destinée à détourner le regard du télespectateur lambda lorsque ça chauffe pour ses chouchous de gauche, ou lorsque les temps semblent mettre la droite nationale en valeur, et surtout à faire taire Luc Ferry (dans Mots croisés, ce qui m’a choqué, je m’en souviens bien!) lorsque ce dernier nous explique que dans le cadre européen les états n’ont plus la moindre marge de manoeuvre et que leurs leviers ne lèvent plus grand chose… Bref, un présentateur télé un peu comme les autres…

    Un petit article iconoclaste et bien senti sur le « journaliste préféré des Français » serait ma suggestion.

Laisser un commentaire